Programmation 2016

https://www.facebook.com/events/291037141240580

Graphisme : Antoine Desnos http://simoneberanger.tumblr.com/



Vendredi 2 Septembre 

Douce transe


19H00 | SOURDURE (fr) | violon électro-rustique (concert gratuit)

Actif au sein de plusieurs formations aventureuses et dévouées aux expériences soniques  (Kaumwald, Tanz Mein Herz, Orgue Agnès), Ernest Bergez, sous le nom de Sourdure, s’attaque à l’immense friche des traditions musicales et orales d’Auvergne (et du monde occitan par extension) pour construire une musique composite, difforme, rustique, au delà des marges, mais étrangement et solidement ancrée dans le présent. Il pratique une forme bricolée et spontanée d'un live électronique qui combine les manipulations de la musique concrète avec les techniques du dub jamaïcain et les assauts de la musique noise. La chanson devient un objet expérimental et l’appropriation du patrimoine une forme d’écriture. 




20H30 | VEGAN DALLAS (fr) | quartet omnivore

Lointaine étoile de la constellation parisienne Coax, Vegan Dallas est né du fantasme de quatre musiciens entêtés par leur approche singulière et organique de la composition collective, opiniâtres dans leur quête du sonore. Ainsi, leur musique, bâtie grâce à des instruments chinés, martelés, fabriqués, soudés, déstructurés, se réfère aussi bien aux pratiques de musiques ancestrales et lointaines, telles que celles du Tibet, du Bali ou des Touaregs, qu'à un environnement sonore proche et urbain, bruits mécaniques et sons de moteurs. John Cage à la sauce pop-western ou un genre d'indus antillais nourri d'électroacoustique.  



21H30 | GWYN WURST (fr) | disco saucisse

Claviériste virtuose et surnaturel échappé des lyonnais de Poil, Gwyn Wurst est en solitaire une véritable anomalie iconoclaste. Avec pour uniques armes ses deux claviers et des phalanges colossales, il improvise sans se soucier des retombées écologiques un électro-arabisant foutraque et saturé, une makina d’auteur inspiré(e), véritable danse du soleil vicieuse, unique et ravagée. Une expérience rare, indispensable et remuante à vous en séparer définitivement le cartilage de la chair.





22H30 | TOMAGA (uk) | cosmique indus

Mené de mains de sorciers par Tom Relleen et Valentina Magaletti, qui se détachent un instant du groupe The Oscillation, Tomaga façonne une pop d’après demain dans une certaine conception de la mélodie tordue, faite de collages qui oscillent entre un abstract hip hop minimaliste et un psyché gazeux envoûtant. Et cela, sans jamais nous embourber dans le verbiage musical pompeux ou un inutile saccage bruitiste. Une musique libre, unique, insaisissable, percutante, obsédante mais toujours fascinante, qui reste encore à apprivoiser. 




00H00 | MATT ELLIOTT (uk) | arpèges et lyrisme


Dix ans se sont écoulés depuis que Matt Elliott a décidé d'écrire sous son propre nom, abandonnant alors provisoirement le pseudo de The Third Eye Foundation. Il est le héros solitaire, tendre et sombre d'une musique folk élégante, épurée et cryptique, habitée d'une mélancolie parfois cauchemardesque et pourtant étrangement familière et rassurante. L'ombre et la lumière cohabitent ici sans cesse. Mais la brume se dissipe et laisse apparaître un chemin sinueux et rocailleux, passerelle vers des territoires emprunts de sérénité. Équipements requis : cirés, lanternes sourdes et eaux-de-vie.




Samedi 3 Septembre

De la tête aux pieds



11H00 | TOMOKO SAUVAGE (jp) | méditations aquatiques (concert gratuit)

Tomoko Sauvage travaille depuis plusieurs années avec des "waterbowls" composés d’hydrophones (des micros sous-marins) plongés dans des bols en porcelaine, de tailles variées, remplis d’eau et mis en résonance par l'effet de gouttes, bulles et vagues. Un concert aquatique, d’une indéniable beauté plastique, désarmant de simplicité, qui a la grâce des choses élémentaires. Une performance qui s'étire dans une forme de lenteur contemplative, et qui évoque une fascination quasi enfantine pour le son de l’eau sous toutes ses formes. Un équilibre délicat entre contrôle et aléa, ordre et désordre, éphémère et répétition.  






15H00 | KIM MYHR (nor) | dix doigts douze cordes (concert gratuit)

Kim Myhr est une figure importante de la scène expérimentale norvégienne. Ici en situation de soliste, il propose une exploration inouïe des qualités sonores de la guitare acoustique à douze-cordes (pas une de moins), situant ses recherches entre les œuvres de jeunesse de Ligeti et Morton Feldman, et la tradition guitaristique d'une folk nord-américaine brute et primitive. À l'intérieur de ces longs paysages que dessine ce flux continu, né de la répétition de motifs simples, des infimes variations révèlent la complexité du matériau sonore et ouvrent l'espace d'une écoute renouvelée et enivrante.




18H00 | KING BISCUIT (fr) | old time blues (concert gratuit)

Le répertoire joué par ces deux musiciens à la mémoire longue (et aux instruments trafiqués) s’enracine dans l’Old Time Music des Etats Unis. Celle qui était jouée avant l’invention du disque et qui fut enregistrée in extremis par John et Alan Lomax. De ces profondeurs immémoriales émergent la turbulence et l’indocilité d’un chant singulier. Les pieds frappent le plancher, l'archet et le bottleneck dansent ivres sur les cordes, une voix pierreuse filtre d’un micro lessivé, les mélodies surgissent, simples, évidentes, pour raviver en nous la colère ou la communion. Et le sang pulse, la vie reprend. 



20H00 | LA TENE (fr/ch) | voodoo auvergnat

Alexis Degrenier (passé par ici l'an dernier avec l'Ensemble Minisym) s'associe à Cyril Bondi et D’incise (deux solides figures de la scène romande d'improvisation) dans un continuum ascensionnel captivant et envoûtant, une relecture librement adaptée des musiques traditionnelles des montagnes et plaines des Alpes, du Jura et des monts d’Auvergne. Percussions, harmonium indien, électronique et vielle à roue amplifiée s’enchevêtrent ainsi jusqu’à la frénésie et l’épuisement. Un réel enchantement, comme nourri de siècles de tradition du drone, une célébration du tourbillon et du bourdon, une parfaite musique de terre sèche et de vent. 



21H00 | DRAME (fr) | krautrock pétillant

Drame c'est le nom d’un projet tout sauf tragique, emmené par l'insatiable Rubin Steiner, et formé spontanément le temps d’un enregistrement live et improvisé dans une ancienne charpenterie coupée du monde. Musique répétitive et motorik (on pense à Neu! et Can bien sûr, mais aussi Stereolab ou Chausse Trappe plus récemment), machine à danser intelligente, organique et analogique (l'informatique étant ici bannie), elle hypnotise à l’aise celui qui ne rechigne pas à chalouper du bassin quand il le faut. Düsseldorf VS La Habana. 



22H30 | BLURT (uk) | post-punk épique

Cultissime. Puisant ses racines dans le mouvement "No Wave" issu à New-York à la fin des années soixante-dix, Ted Milton a surgi comme une bombe dès 1979, déversant avec Blurt un mélange de punk et de blues avant-gardiste, rempli de cris, de rage, de possession et de puissance sismique. Plus de trente ans plus tard, il semblerait que rien n'ait changé, Ted Milton continue à haranguer la foule à la manière d'un mohican, à transcender son saxophone, à nous fixer d'un œil de rapace et nous laisser pantois, avec une confiance inébranlable et une assurance démoniaque. Pogo noir et jazz-punk démantibulé.



00H00 | RIEN VIRGULE (fr) | point à la ligne

Difficile de dire de quoi ce concert sera fait. Nouveau projet né sur les bords de la Dordogne et auteur d’un impressionnant premier album, Rien Virgule brasse large et s'intéresse à tout, bâtissant un édifice gothique et vertigineux à grands coups de récits déclamés, de synthétiseurs menaçants et de percussions telluriques. Tel un long rite païen impérieux et fatal, leur musique est une proposition radicale, viscérale et envoûtante. La fraîcheur de Rien Virgule ré-affirme qu’un autre monde est toujours audible.




Dimanche 4 Septembre

Avant-garde et crustacés


10H30 | INSUB META ORCHESTRA (ch/f/de/be) | grand ensemble transalpin

Vingt-six musiciens (!) réunis pour une expérience rare et un moment d'écoute unique. Un projet hors-gabarit qui développe un étrange langage de textures et de trames ciselées, d'une subtilité et d'une précision redoutables, dans lesquelles chaque geste ponctuel se fond dans une masse collective ample et aérienne. Le silence cohabite avec la présence, autant que l'improvisation dialogue avec la composition. Tout en retenue et en maîtrise, cet acte de grâce d'une recherche sonore paisible et inspirée est tout à fait recommandable à cette heure du jour. 



12H00 | MASSICOT (ch) | helvètes underground

Trépidantes, incisives et extatiques, les quatre musiciennes de Massicot écument depuis un certain nombre d'années un tas de lieux hautement fréquentables de France et d'ailleurs. Une guitare rythmique obsessionnelle, une baby-basse trafiquée, un violon électron libre, une batterie tropicale-kraut, de la poésie lettone, s'agitent au milieu d'une constellation de dinosaures électriques, d’ananas importés, de dessins de nuages, de rythmes enchevêtrés et de gags dadas. Bref, le résultat est jubilatoire, singulièrement déconstruit et d’une audace communicative. 



14H00 | MIKE COOPER (uk) | guitar hero et chemises hawaïennes

Un grand honneur. Acteur majeur et atypique du grand vent de blues qui souffla sur l'Angleterre dès le milieu des années 60, personnalité sans concession, voyageur inlassable, définitivement généreux, inclassable, Mike Cooper joue comme il respire une musique naturellement touchante. Il est celui qui dit non aux Rolling Stones pour le poste occupé par Brian Jones, parce qu'il préférait alors le blues acoustique. Mike Cooper est par ailleurs collectionneur de chemises hawaïennes, c'est important de le signaler. 




15H30 | LES PYTHONS DE LA FOURNAISE (fr) | bal réunionnais épicé tout (concert gratuit)

Le chanteur guitariste réunionnais René "Commandant" Cadet, accompagné par les Pythons de la Fournaise, joue le Séga, musique traditionnelle et populaire de l'Océan Indien. Ce style dansant et syncopé, chanté en créole, fusion des cultures afro-malgache, indienne et occidentale, reste injustement méconnu au-delà des îles qui l'ont vu naître. Une musique du métissage par excellence, un air de fête sans aucun doute. Tournoyer et dandiner les hanches : quoi de mieux pour conclure ? 




Tout le week-end


FEROMIL (fr) "Bunker Phase" | théâtre d'opération sonore

Micro-usine électrique et sonore, installation-concert au pays des merveilles post-industrielles. Ampérage et parasitage sonore, générateur basse fréquence et mise en cadence d'un acousmonium radioactif, fumeux et douteux, bouillonnant et analogique, piloté par Émilien Leroy aka Feromil, performeur post-apocalyptique, magnétique et sidérurgique. 




PROFESSEUR WARCHOL (fr) | coaching de groupe

Printemps 2015, dans un restaurant d'Aiguelèze, l'association Triple A,  en quête d'inspiration, convie la puissante organisation des amis des Arts de Gaillac a une rencontre dinatoire sur le thème "réciprocité des sons et de l'image". La soirée philo tourne court pour certains  convives, un problème de "chaine du froid" écourte les débats. Warchol, sur les techniques de l'aquarelle est déjà bien avancé quand il se voit contraint de quitter la salle précipitamment. Apres une longue convalescence, une enquête sanitaire suivi d'une lettre d'excuses nous sommes heureux de le compter parmi nous.